Préface du livre de Norbert Lipszyc  « Crise mondiale de l’eau – L’hydro-diplomatie »

L’eau étant à la source de toute chose, elle occupe une place décisive dans les relations entre les hommes, mais aussi entre les États. De tout temps, elle a été perçue tantôt comme une frontière et une cause de conflit, tantôt comme un point de ralliement et de convergence. La nécessité d’une gouvernance commune des enjeux liés à l’eau s’impose progressivement aux acteurs concernés. C’est ce que l’on appelle « l’hydro-diplomatie ».

Ce concept doit s’appliquer à tous les échelons afin d’assurer une gestion pacifique, juste, durable et efficace des ressources hydriques, de résoudre les conflits d’usage et de mettre en oeuvre le « droit à l’eau » qui implique un accès aisé à l’eau potable mais aussi à l’assainissement.

Alors que le Parlement européen porte aussi souvent que possible ce message, c’est le Conseil mondial de l’eau qui, aux quatre coins de la planète, tente au quotidien d’assurer l’émergence de cette hydro-diplomatie. C’est en ce sens que ses responsables se sont exprimés lors de nombreux rendez-vous politiques internationaux tel le 6ème Forum mondial de l’eau qui s’est tenu à Marseille en 2012 ou encore le sommet de Rio+20. À la tribune des Nations-unies, Loïc Fauchon, Président du Conseil mondial de l’eau (2005-2012), proposa même l’adoption d’un « Pacte pour la sécurité de l’eau » plaçant ainsi au premier rang des enjeux internationaux la question de l’hydro-diplomatie. Il revient maintenant aux États et à leurs autorités locales de préciser, développer et mettre en oeuvre ce projet d’intérêt général.

Dans cet esprit, je tiens à saluer la qualité de l’ouvrage de Norbert Lipszyc qui représente une contribution importante à notre réflexion à travers l’exemple particulièrement éclairant du Proche-Orient. Grâce à l’hydrodiplomatie, l’eau ne doit plus être perçue comme un problème mais comme un enjeu nécessitant la coopération de chacun, au bénéfice de tous.

Sophie Auconie

Présidente du Cercle français de l’eau ;
Députée européenne, membre de la commission parlementaire de l’environnement et de l’intergroupe eau du Parlement européen ;
Gouverneur au Conseil mondial de l’eau.