La technologie israélienne pour dépolluer les rivières utilisée en Inde

La rivière Noyyal, dans le sud de l’Inde

Après le Gange, pour le nettoyage duquel le gouvernement indien a signé un contrat avec une entreprise israélienne, vu son savoir-faire démontré, c’est une rivière du sud de l’Inde qui va être dépolluée par les Israéliens.

La Noyyal prend sa source dans les collines de Vellingiri au Tamil Nadu, cet état du sud-est de l’Inde et se jette dans le fleuve Kaveri. Un spécialiste du dessalement de l’eau de mer de l’Université  Ben Gourion, le Professeur Yoram Oren, l’a découverte lorsqu’il est venu passer un an pour installer un laboratoire de recherche sur l’eau à l’Université du Tamil Nadu. Il vit l’état de pollution de cette rivière, à cause des usines de teinture des textiles sur ses berges qui déversent leurs déchets et eaux usées directement dans la rivière, détruisant ainsi l’agriculture sur ses berges et toute vie dans la rivière elle-même. Avant l’installation de ces usines, 95 villages cultivaient 5000 hectares de riches terres agricoles.

Suivant ce constat, Yoram Oren proposa d’utiliser les biofiltres de nanofiltration développés en Israël pour éliminer les polluants nocifs de la rivière, et son projet fut accepté par les autorités locales. Cette technologie a le double avantage d’être économique, en particulier en énergie, et de ne pas retirer de l’eau les minéraux utiles à la santé comme le calcium.

Cette pollution des rivières par les industries est interdite pas la loi en Inde, mais celle-ci est peu respectée. Le gouvernement a cependant compris que c’était un facteur important pour le développement économique et social du pays que de protéger les populations qui dépendent de l’eau des rivières. Les tribunaux interviennent donc maintenant contre les industriels coupables de polluer les rivières et nappes phréatiques et le gouvernement a entrepris de nettoyer les rivières les plus polluées, dont le Gange et maintenant la Noyyal.

La Banque Mondiale accordé à l’Inde un crédit de 1 milliard de dollars pour dépolluer le Gange, qui fournit 25% de l’approvisionnement en eau de l’Inde, mais où les niveaux bactériens sont 120 fois au dessus de la norme pour des eaux de baignade. La pollution du Gange provient à la fois des industries qui rejettent leurs effluents sans traitement dans la rivière et des pratiques sociales (crémations et bains de masse).

Le gouvernement israélien, par le biais de son projet Initiative New-Tech, a organisé les contacts et coopérations entre entreprises israéliennes et indiennes. Le gouvernement indien a adopté un plan directeur pour traiter tous les effluents vers la rivière, égouts urbains et industriels. L’effet sera double : des eaux prélevées pour l’irrigation de bonne qualité et l’eau de consommation urbaine sera saine pour les populations.

Plus de détails sur http://www.ecomagination.com/from-the-desert-to-the-ganges-israels-water-tech-could-aid-indias-holy-river

Ecrire un commentaire